Mesures coronavirus

Pour répondre aux mesures du gouvernement fédéral prises à la suite de la pandémie de Covid-19, les autorités communales de la Ville de Bruxelles ont pris plusieurs dispositions. Plus d'infos : mesures coronavirus de la Ville de Bruxelles.

 

Nourrir les animaux sauvages

Il est strictement interdit de nourrir les animaux sauvages dans les espaces et lieux publics.

Nourrir les animaux sauvages est interdit par le règlement général de police (article 35).

Exception

Le nourrissage des oiseaux en temps de gel (dans un espace privé) est toléré. On veillera à offrir un mélange de graines pour oiseaux sauvages dans une mangeoire qui empêche l'accès aux gros oiseaux comme les pigeons. Les graines étant une nourriture non adaptée pour les oisillons, on stoppera le nourrissage fin mars/début avril.

Pourquoi une interdiction de nourrir les animaux ?

Nourrir les canards, donner les restes de pain aux pigeons… cela semble sympathique mais cela peut s'avérer néfaste (pour les animaux) :

  • les populations augmentent : les animaux deviennent paresseux et dépendant des humains, ils peuvent consacrer plus de temps à la reproduction et la sélection naturelle n'opère plus, les populations augmentent donc.
  • perturbation de l'équilibre écologique : ces populations d'espèces opportunistes, en augmentation, chassent les autres espèces sauvages et perturbent l'équilibre écologique.
  • la nourriture humaine n'est pas adaptée aux animaux : cette nourriture est déséquilibrée et provoque des carences. Le pain sec provoque des blocages de l'appareil digestif et le pain mouillé gonfle dans l'estomac faisant croire aux animaux qu'ils ont assez mangé alors que ce n'est pas le cas. Cela affaiblit les animaux et les rend plus sensibles aux maladies. Certains canards deviennent obèses alors développent des problèmes articulaires au niveau des ailes et ne peuvent plus voler. Cela peut même avoir une conséquence néfaste sur la qualité des œufs et ensuite sur la santé des oisillons.
  • l'eutrophisation des étangs et botulisme (nourrissage des canards) : le pain non consommé pourrit dans l'eau, ce qui augmente la croissance des algues qui consomment tout l'oxygène des étangs. Les poissons et la faune aquatique meurent alors. Ce mécanisme provoque aussi des mauvaises odeurs et des maladies comme le botulisme en été.
  • dégradation des bâtiments (nourrissage des pigeons) : ce nourrissage entraine leur prolifération avec son cortège de nuisances dont la dégradation des bâtiments avec des fientes rendues acides par la consommation de nourriture non adaptée.
  • attirer les rats : le pain déposé en grande quantité dans les espaces publics n'a pas le temps d'être consommé et pourrit ce qui le rend impropre à la consommation par les oiseaux et attire les rats.