Patrimoine mondial de l'Unesco

La Grand-Place de Bruxelles est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Le patrimoine mondial culturel et naturel est formé par "les monuments, ensembles et sites ayant une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de l’histoire, de l’art ou de la science, et par les monuments naturels, formations géologiques, sites naturels ayant une valeur exceptionnelle du point de vue esthétique ou scientifique".

Il s’agit d’une importance tellement exceptionnelle qu’elle transcende les frontières nationales et qu’elle présente un caractère inestimable pour les générations actuelles et futures.

La liste du patrimoine mondial, ou patrimoine de l’humanité, est établie par le Comité du Patrimoine mondial de l’Organisation des Nations Unies (ONU) pour l’Education, la Science et la Culture, Unesco.

Avant même la loi du 7 août 1931 sur la protection des monuments et des sites, la préservation et la restauration de l’ensemble architectural de la Grand-Place de Bruxelles font déjà parties des préoccupations des autorités bruxelloises.

En effet, vers 1850, le mauvais état de conservation des façades retient l’attention du bourgmestre de l’époque, Charles Buls, et dès la fin du 19e siècle, la Ville entreprend une campagne de restauration des façades des maisons de la place.

En 1883, une convention de servitude est établie entre la Ville et les propriétaires des maisons de la Grand-Place. Celle-ci contient une description détaillée des obligations de chaque partie. Il s’agit de la première reconnaissance de la valeur patrimoniale du site. Cette convention est toujours d’application et la Ville continue d’entretenir et de restaurer les façades des bâtiments publics ou privés de la place.

Suite à l’entrée en vigueur de la loi du 7 aout 1931, les premiers classements concernent les seuls bâtiments publics de la Grand-Place de Bruxelles, à savoir l’Hôtel de Ville et la Maison du Roi, tous deux classés en 1936. L’ensemble des façades de la place n’est classé qu’en 1977. La Grand-Place est le premier site bruxellois inscrit sur la Liste du patrimoine mondial le 2 décembre 1998. Depuis, les classements de 1977 ont été étendus à l’intérieur des immeubles de la place en 2002.

Le périmètre spécifique nommé ‘Ilot Sacré’ a été officialisé par un arrêté royal de protection de 1960, sous la pression des habitants et commerçants qui réagissaient aux projets interventionnistes de l’époque.

Cette zone a conservé la morphologie ancienne de rues étroites et sinueuses et du tissu de ses îlots, généralement constitués d’un parcellaire très étroit et profond, témoignant d’une urbanisation qui remonte au Moyen-Age. De nombreuses impasses et venelles caractérisent également le quartier. Leur tracé s’est constitué au fil du temps pour donner accès aux immeubles arrière ou bâtiments en intérieur d’îlot, construits dans un souci de densification.

En 1998, lors de l’inscription de la Grand-Place sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Unesco, l’Ilot Sacré a été inclus dans le périmètre de protection de la place comme ‘zone tampon’. Zone commerciale très dense, elle est soumise à de nombreuses menaces et mérite d’être préservée tout en rendant possible des activités diversifiées.

Le périmètre Unesco est soumis depuis 2009 à des règles spécifiques en matière d’urbanisme.

C’est une manière pour la Ville de Bruxelles de proposer un équilibre harmonieux entre préservation du site, tourisme, commerce et logement.

A cette fin, la Ville a fixé un règlement communal d’urbanisme zoné ‘Unesco’ (RCUZ) à destination des commerçants établis dans la zone Unesco.

La Grand-Place est inscrite sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1998. La place est un ensemble homogène de bâtiments publics et privés dont l’architecture d’après 1695, résume et illustre la qualité sociale et culturelle de ce centre politique et commercial.

L’Unesco s’est basé sur 2 critères pour inscrire la Grand-Place sur la liste du patrimoine mondial :

  • Critère II : La Grand-Place de Bruxelles est un exemple exceptionnel du mélange éclectique et très réussi de styles architecturaux et artistiques caractéristiques de la culture et de la société de cette région.
  • Critère IV : Par la nature et la qualité de son architecture et sa valeur remarquable, la Grand-Place illustre remarquablement l’évolution et les succès d’une cité mercantile du nord de l’Europe à l’apogée de sa prospérité.

Les dates et époques qui ont marqué l’histoire de la Grand-Place de Bruxelles :

  • 1174. Première mention écrite connue faisant référence au "Nedermarckt" : Marché bas.

La Grand-Place de Bruxelles occupe l’emplacement d’un marais asséché sur la rive droite de la Senne. Le nom actuel entre en vigueur pendant le dernier quart du 18e siècle.

  • 13e et 14e siècles. La place est entourée par quelques maisons patriciennes en pierre : les "steenen".
  • 15e siècle. Construction au fil du siècle des ailes de l’Hôtel de Ville. En 1449, construction de la tour de l’Hôtel de Ville.
  • 1515-1531. Construction de la Maison du Roi "Broodhuis" sur la Grand-Place.
  • 16e - 17e siècles. Construction des maisons de la Grand-Place dans un style local inspiré du Maniérisme et du Baroque.
  • Du 13 au 15 août 1695. Bombardement de Bruxelles par les troupes du Maréchal de Villeroi sur ordre de Louis XIV. Seules subsistent quelques façades dont celles de la Maison du Roi et de l’Hôtel de Ville ainsi que sa tour beffroi.
  • 1697-1698. Reconstruction des maisons de la Grand-Place détruites en 1695.
  • 1873. Début de la démolition et de la reconstruction de la Maison du Roi.

Plus d'informations :

La Grand-Place de Bruxelles a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial en 1998. Lors de cette inscription, l’exigence d’un plan de gestion n’était pas encore d’application. Afin de se conformer aux prescriptions des Orientations du patrimoine mondial de 2011, la Ville de Bruxelles a pris l’initiative, en collaboration avec la Direction des Monuments et Sites de la Région de Bruxelles-Capitale, d’entreprendre la rédaction et la mise en œuvre d'un tel plan.

Les directives de l’Unesco précisent que l’objectif principal d’un plan de gestion est d’assurer la pérennité des biens inscrits au patrimoine mondial. Son élaboration a permis de mettre en perspective l’ensemble des actions et projets développés depuis une quinzaine d’années tant par la Ville de Bruxelles que par la Région de Bruxelles-Capitale, les deux institutions garantes des valeurs qui ont permis à ces biens de recevoir la reconnaissance mondiale.

Ce document de gestion jusqu'à présent inexistant au niveau de nos administrations, a permis de développer une méthodologie de travail innovante, basée surtout sur la transversalité entre les différents services. Le rassemblement de la totalité des actions et projets en cours a permis de structurer le plan de gestion autour de cinq objectifs stratégiques. Ces objectifs découlent d’une volonté politique développée depuis quelques années et plus directement issue du programme de politique générale de la Ville de Bruxelles pour la législature 2006-2012 :

  • gouvernance du bien
  • conservation du patrimoine en garantissant son intégrité et son authenticité
  • développement d’une mixité fonctionnelle, en particulier commerce et habitat
  • amélioration du cadre de vie
  • sensibilisation, promotion, échange et développement touristique

Ces 5 objectifs stratégiques sont divisés en 18 objectifs spécifiques qui sont eux-mêmes déclinés en 46 plans d’actions.

Ce plan de gestion est principalement un outil de travail commun à la Ville de Bruxelles et à la Région de Bruxelles-Capitale qui permet de développer une vision intégrée et participative de la zone. Il ne s’agit pas d’un texte réglementaire figé mais bien d’une réflexion, toujours en évolution et basée sur une expérience de plus de 15 ans sur le terrain.

La Cellule Patrimoine historique de la Ville de Bruxelles a été chargée officiellement de la coordination de ce plan de gestion.

Plan de gestion 2012-2015

Plan de gestion 2016-2021