Mesures coronavirus

 

Solidarité internationale

La Ville de Bruxelles organise différentes campagnes et évènements autour de la solidarité internationale. Chaque année, un appel à projets est également organisé.

Pendant la Quinzaine de la Solidarité internationale, la Ville de Bruxelles propose un large éventail d'actions pour informer, conscientiser et sensibiliser la population bruxelloise à la solidarité internationale. Les activités mises en place pendant ces 15 jours sont organisées en collaboration avec le secteur associatif bruxellois.

L’édition 2021 est consacrée à la thématique du travail décent, développé dans une économie durable et inclusive. L’accès à un travail décent est un enjeu majeur du 21e siècle. Notre économie globalisée et l’absence de cadre normatif mondial placent les travailleurs en concurrence les uns avec les autres. Cela a pour conséquence que la main d’œuvre est devenue un facteur de production comme un autre, mis sous pression, toutes filières confondues.

Comme lors de chaque édition, le thème sera décliné tout au long d'un programme varié fait de débats, concerts, spectacles, expositions, projections, workshops,...

La Ville de Bruxelles a ainsi opté pour les produits provenant du commerce équitable notamment le café, les jus de fruits, le sucre et le thé garantis notamment par les labels Fairtrade Belgium et Made in Dignity.

Chaque année la Ville de Bruxelles participe à la semaine du commerce équitable en proposant des repas avec des ingrédients issus du commerce équitable au sein de ces restaurants et en informant le public sur le principe et la philosophie de ce type de commerce responsable.

La Ville de Bruxelles est une des premières capitales qui porte le titre de Ville du commerce équitable. L’autorité communale, les entreprises, l’horeca, les associations, les écoles, les habitants se sont toutes mobilisés afin de promouvoir et de consommer des produits issus d’un commerce plus juste.

Vous faites partie d'une association, d'une ONG ou vous êtes un acteur bruxellois actif en solidarité internationale ? Vous concevez et menez des projets de coopération dans un pays en développement ? Vous souhaitez informer et sensibiliser les citoyens bruxellois à une thématique en lien avec la solidarité internationale ?

La Ville de Bruxelles dispose d'un budget de 150.000 euros pour encourager la réalisation de projets de coopération et d'éducation à la citoyenneté mondiale.

L'appel à projets est lancé chaque année. Le règlement et le formulaire de candidature sont publiés sur ce site au courant du premier trimestre.​

Lauréats

La ville de Bruxelles est partie prenante de partenariats avec des villes du Sud. Confrontées à des problèmes similaires, ces villes peuvent ainsi échanger leurs expériences et bonnes pratiques.

Bruxelles-Kinshasa

En 2002, la Ville de Bruxelles a décidé de s’engager dans un partenariat direct avec la Ville de Kinshasa en vue de renforcer les capacités des administrations urbaines. Les domaines de collaboration retenus sont l’état civil et la population, la propreté publique et la santé.

Bruxelles-Maroc

En 2007, la Ville a marqué sa volonté de s’engager aussi dans un partenariat avec une ville marocaine à savoir Tétouan. D’autres projets avec des partenaires de la société civile à Tanger sont également mis en place.

Sous l'impulsion de son Conseil consultatif de la Solidarité Internationale, la Ville de Bruxelles a rejoint en 2015 le réseau "Villes Lumières" d'Amnesty International. Ce réseau regroupe les villes et communes qui souhaitent montrer leur attachement au respect et à la défense d'une série de droits humains comme le droit à la sécurité, à l'égalité homme femme, à la liberté de conscience et de religion, à la liberté de réunion et d'association ou à celle de créer un syndicat, à la culture, au logement et au domicile, à l'eau et à la nourriture et, enfin, au développement urbain durable.

A travers ce réseau, une commune peut adopter une ou plusieurs "personnes en danger", parce que privées de la jouissance d'un ou de plusieurs de ces droits.

Hamid Babaei

C'est ainsi qu'en 2015, la Ville de Bruxelles a décidé de soutenir Hamid Babaei, doctorant iranien de l'ULg emprisonné en 2013 dans son pays durant 6 ans, pour atteinte à la sécurité nationale par la communication avec des États hostiles (la Belgique).

En réalité, on lui reprochait alors de n'avoir pas accepté de surveiller d'autres étudiants iraniens qui poursuivaient eux aussi leur cursus en Belgique. Libéré en 2019, il a finalement obtenu son visa pour revenir à Liège et poursuivre sa thèse.

Raif Badawi et Loujain al-Hathloul

En janvier 2021, la Ville a décidé d'adopter deux nouvelles personnes en danger : Raif Badawi et Loujain al-Hathloul (aujourd'hui libre depuis le 10 février 2021).

Soutien à Loujain al-Hathloul et Raif Badawi

Raif Badawi est un écrivain et blogueur saoudien créateur en 2008 du site Free Saudi Liberals sur lequel il militait pour une libéralisation morale de l'Arabie saoudite. Accusé d'apostasie et d'insulte à l'Islam, il a été condamné à 10 ans de prison et 1.000 coups de fouet en 2012.

Détenue en Arabie saoudite depuis 2020 mais aujourd'hui libérée, Loujain al-Hathloul est une militante saoudienne des Droits de la Femme qui a été arrêtée une première fois en 2014 sur base des lois interdisant alors aux femmes de conduire en Arabie saoudite, puis en mai 2018 pour avoir communiqué avec une vingtaine de journalistes étrangers présents dans son pays et avoir tenté de candidater à un poste à l'ONU. Le 28 décembre 2020, elle a été condamnée à 5 ans et 8 mois de prison par un tribunal spécialisé dans les affaires antiterroriste, reconnue coupable de diverses activités prohibées par la loi antiterroriste.

L'asbl Brissi a reçu mandat de la Ville de Bruxelles pour organiser et entreprendre des projets de coopération au développement et des relations Nord-Sud, au niveau local et international.

VOIR AUSSI