Mesures coronavirus

Pour répondre aux mesures du gouvernement fédéral prises à la suite de la pandémie de Covid-19, les autorités communales de la Ville de Bruxelles ont pris plusieurs dispositions. Plus d'infos : mesures coronavirus de la Ville de Bruxelles.

 

Une fresque d'art urbain à l'Athénée Marguerite Yourcenar

Une nouvelle fresque d'art urbain a été dévoilée sur les murs de l'Athénée Marguerite Yourcenar, rue Claessens à Laeken.

Cette nouvelle création vient ponctuer le programme porté par l'asbl Actions in the Mediterranean (AIM) Israël-Palestine : pour mieux comprendre auquel 15 élèves de l'Athénée ont participé. Ce programme vise à promouvoir le vivre-ensemble et à lutter contre les préjugés, les stéréotypes, les tensions et les actes de violence existant à Bruxelles en rapport au conflit. Cette année, afin que les jeunes puissent garder une trace de cette expérience inédite, l'AIM et la Ville ont souhaité réaliser une fresque sur une façade extérieure de l'Athénée. Les artistes bruxellois Samuel Idmtal et Orlando Kintero ont été choisis par les élèves pour immortaliser cette expérience.

Un travail collaboratif

Chaque élément de la fresque est en lien avec le projet mené. Les élèves sont d'ailleurs reconnaissables dans le visuel. On y retrouve le mur qui sépare Israël de la Cisjordanie. Un deuxième mur fait référence à une citation d'Antoine de Saint-Exupéry : Les hommes élèvent trop de murs et ne construisent pas assez de ponts. Deux personnages sont représentés sur le pont de la réconciliation. Il s'agit de Bassam Aramin, Palestinien, et Rami Elhanan, Israélien, que les adolescents ont eu l'occasion de rencontrer lors de leur voyage. Ces deux pères de familles ont tous deux perdu un enfant dans le conflit.

Créé le 19/11/2018 (modifié le 19/11/2018)